Questions/réponses... :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

page précédente

08/05/2006

philémon : Je suis mortel. A terme je ne survivrai pas. Chaque seconde de ma vie est un pas de plus vers la mort. Pourtant j'agis tous les jours. Je fais ce qui assure ma survie à l'instant T, je fais au même moment ce qui n'assure pas ma survie à l'instant F (final : mort). Je peux donc dire que je fais aussi ce qui n'assure pas ma survie. CQFD. Puisque vous placez sur le terrain de l'universel : persévérer dans son être c'est aussi persévérer vers son non-être. Objectivement c'est ainsi et personne n'y peut rien, ni vous, ni moi.

" je fais au même moment ce qui n'assure pas ma survie à l'instant F (final : mort). "

Faux : votre pensée n'a rien à voir avec la finalité de la vie qui est la mort, donc l'instant F n'intervient pas dans l'organisation des pensées. (vous l'avez dit vous même : avec ou sans notre volonté, on n'y peut rien) Par contre cette notion de l'instant F intervient dans votre philosophie de vie. (mais la philosophie ce n'est pas la psychologie (voir ici)) (notons que la mort et la vie étant dans la définition même de survie, il est normal que dans la théorie du survisme (issue de la survie) la mort soit autant présente que la vie. Mais votre cerveau vous pousse à survivre, pas à non-survivre (voir suicide pour infos complémentaires)) CQFDA (A= aussi) :o)

anciennes questions