Questions/réponses... :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

page précédente

08/05/2006

david : pourquoi n'êtes vous présenté, ou ne serait-ce que nommé nul part.

Si, je suis nommé sur ce site. Cherchez ! ;o) Mais ici ce n'est pas une secte, il n'y a pas de gourou et il ne doit pas y en avoir. C'est juste un site d'information où on peut avoir des réponses sur l'organisation de la pensée.

je m'interroge aussi sur votre besoin d'être convaincu d'avoir raison. en effet, pourquoi proposer de l'argent à celui qui prouvera que vous avez tort. Est-ce un jeu auquel vous avez déjà la réponse ? Etre persuadé n'est-il pas suffisant à persuader les autres ? il régne ici comme un certain manque de confiance pour lequel je n'épiloguerai pas,

Si vous saviez le nombre de messages sur des forums ou ailleurs, faisant porter le discrédit le survisme sans aucun argumentaire, juste en jouant sur les peurs… d'ailleurs, voici une nouvelle série de pages qui répond (du moins j'essaye) à ces gens là. Donc, à la fois je veux que les visiteurs regardent correctement les éléments qui font que le survisme peut les aider à se comprendre (qu'il y ait de la confiance grâce à la compréhension des réels éléments présents), à la fois je veux que les visiteurs continuent à réfléchir par eux-même, qu'ils mettent en doute le survisme, pour comprendre par eux-même que ce n'est pas une arnaque.

je reviens sur votre réponse à propos de ma question liée à l'excés de vitesse. En effet, vous dites "maitriser ses peurs est aussi un facteur de survie". Je réponds : non.

Ha bon ? maîtriser ses peurs n'est pas AUSSI un facteur de survie ? Vous aimez vivre dans la peur permanente ? Quant à aimer se faire des "frissons", ça change, ça donne l'impression de "vivre" en ayant un corps qui réagit aux éléments (contrairement à "trop de normalités" qui donnent l'impression d'être déjà mort) Pas de survie la dedans ?

Ce n'est pas un risque maitrisé et cela menace ma survie.

Ça la menace, mais pas suffisamment pour empêcher cette bravade.

Pourtant, un élément est plus fort que la volonté de survie à ce moment donné, c'est le sentiment de vivre, d'être libre en courant le risque conscient malgrè tout de la mort.

Et dire "merde" à la mort n'est pas prouver que vous survivez malgré elle ?

…nous avons tous des comportements instantanés ou présents (dans le sens instant T) qui vont à l'encontre de notre survie : la cigarette en est un exemple…

Déjà répondu sur ce forum. (voir "drogue" avec moteur de recherche)

La prise de conscience de l'encontre à la survie est éteint au bénéfice du plaisir immédiat, tout comme l'excés de vitesse, se pencher du haut d'une falaise, manger gras, etc...

(déjà répondu, toutjours dans "drogue" par zof)

Je suis persuadé que votre théorie est vraie globalement mais fausse dans chaque instant présent pris isolement. Ne dit-on pas alors : "on ne vit qu'une fois !"

Vous oubliez le "facteur dominant" du moment. Le plaisir immédiat est un facteur de survie. A quoi ça sert de faire toute sa vie attention et vivre (éventuellement, sans garantie) vieux, si c'est pour vivre déprimé toute sa vie ? L'important c'est la survie à l'instant T. (et pour d'autres, qui prennent plus en compte l'avenir, qui ont confiance en leur survie à long terme) la survie est à l'instant T et également à l'instant T+1+1+1+1+1...

anciennes questions