Questions/réponses... :

 

Rechercher dans nos différentes pages, une réponse ou une question,
par date
ou par mot clé...

page précédente

17/03/2006

Zof : La consommation de produits tels que les drogues, alcools, tabac, etc. , faite en toute connaissance de cause, n'est elle pas un contre-exemple au survisme? (dire qu'on consomme parce qu'on a L'IMPRESSION sur le moment que ça va aider n'est pas une réponse : le sujet pris en exemple est conscient)

Je n'ai pas bien compris votre remarque entre parenthèses, mais voici tout de même ma réponse : Lorsqu'on goûte à l'alcool, à une première cigarette, ou à une drogue plus forte, c'est généralement parce qu'on a un déficit de plaisir et que tous ces additifs apportent du plaisir ou des sensations nouvelles ou une certaine prestance en société. Le plaisir / avoir des sensations nouvelles / être inclus dans un groupe, est pour ces personnes un facteur important de survie (Généralement, pour ces personnes, la vie doit être du plaisir avant tout.)

Et si on demande à ces personnes : " savez-vous que la mort dans de grandes souffrances vous attend à cause de votre consommation de drogue ? " généralement ces personnes répondront : " il faut bien mourir de quelque chose " ! ou " mon grand père fumait beaucoup et il est mort à 80 ans ! " bref, tout un tas d'éléments qui montrent que ces personnes amoindrissent le côté négatif, pour se contenter du plaisir irremplaçable de la drogue en question.

Alors, la conscience du danger dans tout ça ?
Combien de personnes qui fument ont vu de près un homme ou une femme en phase terminale d'un cancer des poumons ? Combien ont senti que chaque respiration devient alors une torture ? Imaginez combien de fois vous inspirez et expirez dans une journée… Et qu'à chaque fois, vous ressentez la même souffrance qui vous parcourt le corps entier…

Je vous laisse juger de la part de conscience.

Mais il ne faut pas oublier non plus que parfois, prendre une drogue nocive en connaissance de cause, c'est une forme de suicide. (voir le chapitre sur "suicide/survie") C'est alors un suicide où on laisse le hasard tourner le barillet du revolver. Car c'est tellement plus facile de ne pas affronter les problèmes… Pour certaines personnes, se remettre en question n'assure pas leur survie, alors elles préfèrent attendre, " peut-être que tout va s'améliorer tout seul ? " La survie dans l'instant fait qu'elles ne voient pas leur future lente et douloureux descente en enfer.

Quant aux personnes qui voient leur future lente descente aux enfers, ne pas oublier les cas d'automutilation lorsqu'on a l'impression de devoir " payer pour un crime " (voir chapitre en question dans le livre).

Ai-je répondu à votre question ?

23/03/2006

Zof : Je trouve que vous avez une façon assez particulière de répondre aux question... mettre un tas d'exceptions au fur et à mesure est un peu facile. .../...

Il n'y a aucune exception dans l'explication qui précède. De quoi parlez-vous ?

.../... Au fait, il ne me semble pas que votre théorie soit très novatrice... elle est vieille comme le monde, non ? Qu'apporte-t-elle de plus ?

Oui, elle est vieille comme le monde. A l'image de la "gravité" ou des grands principes physiques. Il suffit après, de les voir. (vous n'avez pas lu le livre pour faire ce commentaire). Quand à son intérêt ; expliquer tous les comportements humains sans sémantique compliquée... Est-ce utile ? La psychologie devenant une science exacte, est-ce utile ?

page suivante