Anti psychanalyse anti cognitif ?

 

 

Ni l'un ni l'autre.

Le survisme est un trait d'union entre ces deux façons de voir la psychologie.

Le psychanalyste est une personne qui va dans le passé pour creuser dans l'inconscient et interpréter (avec différentes approches mythique ou autres) l'inconscient. Le survisme recherche aussi dans le passé (au niveau de l'inconscient ou du conscient), les éléments qui ont amené aux symptômes présents. Mais l'interprétation avec le survisme, n'est basée que sur le besoin de survivre et n'utilise pas de sémantique complexe pour ne pas couper le patient de la compréhension de ses agissements ou pensées.

Pas de sémantique complexe, mais le survisme permet de comprendre des choses extrêmement complexes / voir la partie "exemples" du site.

Les sciences cognitives (mot savant pour dire "du comportement"). La base du survisme est l'observation du comportement ou de la pensée exprimée (l'oral étant un comportement), pour comprendre les causes. Il y a donc à la base le comportement et uniquement le comportement. Mais cette base est compréhensible par du A+B+… = Comportement
Le survisme permet de prendre en compte seulement les facteurs (les causes) entrant dans l'événement, ce qui en fait une science exacte, car lorsqu'on prend les mêmes causes, cela produit toujours et sans exception, les mêmes effets. Expérience reproductible à l'infini. Il ne faut pas que le très très grand nombre de données qui entrent en jeu dans la vie humaine, vous fasse croire que le cerveau n'établit pas des priorités, des valeurs de survie prépondérantes. Ce sont même elles qui font que, lorsqu'on se trompe de valeurs données aux choses, on arrive à se tromper même avec de bonnes intentions.

Regardez le survisme de plus près, ce n'est pas une approche de bourrins, mais une approche qui prend en compte les subtilités sociales, les différentes sensibilités, etc...

Suite :
L'auteur est-il légitime ?